• header1.jpg
    http://www.pessamit.ca/images/ju_cached_images/header1_2da3b8bb74f13a8d68df8f1db2859e91_90x50.resized.jpg
  • header2.jpg
    http://www.pessamit.ca/images/ju_cached_images/header2_38a9713de571f7a06716a765ee8a7556_90x50.resized.jpg
  • header3.jpg
    http://www.pessamit.ca/images/ju_cached_images/header3_480fa0b1baa6ff2c0ee019fd9873c5c1_90x50.resized.jpg
  • header4.jpg
    http://www.pessamit.ca/images/ju_cached_images/header4_dc95356c4d2a908d1571693a0f762e12_90x50.resized.jpg
  • header5.jpg
    http://www.pessamit.ca/images/ju_cached_images/header5_460c29cbb3aaf7509efbbc2f1b66a7ba_90x50.resized.jpg
  • header6.jpg
    http://www.pessamit.ca/images/ju_cached_images/header6_6071bede7088d7ff6aa853d29d8277fb_90x50.resized.jpg

Au cours des siècles, plusieurs contes, récits, histoires, anecdotes ou légendes ont été perdus. Dans le but de les conserver et de les transmettre aux générations futures, une équipe de membres de la communauté ont fait l'inventaire des légendes et contes disponibles dans notre milieu. Pour pouvoir les faire connaître à nos enfants, des enseignants ont rédigé des petits livrets illustrés. De plus, nous possédons plusieurs bandes sonores de contes et légendes racontés par des aînés. À long terme, nous aimerions les écrire et c'est un de nos nombreux projets.

«La rencontre du français: avant que l'école ne devienne obligatoire pour eux vers 1950, peu de montagnais parlaient le français. Le vocabulaire de la langue montagnaise était surtout relié aux activités de l'époque : chasse et pêche. Pour aller à l'école, certains enfants devaient quitter leur famille pour le pensionnat et ils n'y retournaient que l'été. L'enseignement était donné en français et il était interdit à l'élève montagnais de parler leur langue. Les enfants ont appris à parler le français, mais ils ont perdu une partie du vocabulaire utilisé par leurs parents. Aujourd'hui, la culture et la langue montagnaise retrouvent de plus en plus leur place. Les enfants montagnais apprennent maintenant à parler et à écrire leur langue avec fierté. » - Marcelline Kanapé. «L'avenir de la langue montagnaises. Les langues autochtones au Québec. Québec, p.373.

 

Situation de la langue innue


La langue innue fait partie de la famille algonquienne. L'innu est une langue parlée depuis des millénaires. Elle est la langue maternelle et la langue d'usage dans la quasi-totalité des communautés à l'exception des Innus d'Essipit où elle n'est plus parlée et à Mashteuiatsh où elle n'est utilisée que par une partie des résidants.

Depuis des siècles, la langue innue de tradition orale a toujours été transmise de génération en génération. Encore aujourd'hui, la majorité de la population innue utilise la langue innue pour communiquer dans les différentes situations de la vie quotidienne.

La langue innue est transmise aux enfants par les parents et les grands-parents et les jeunes enfants utilisent leur langue maternelle pour parler entre eux. Toutefois, on perçoit une diminution graduelle dans l'utilisation de la langue ancestrale au sein des jeunes générations, et particulièrement chez les jeunes scolarisés.

Les aînés de 65 ans et plus ont une très bonne maîtrise de la langue ancestrale. Ils utilisent peu ou pas de mots français dans leurs conversations. Ils connaissent le vocabulaire parlé en forêt, ont un vocabulaire riche, savent adapter leur langue aux réalités actuelles, construisent correctement leurs phrases et prononcent bien leurs mots.

Dans la catégorie de 40 à 65 ans, la situation est encore stable. Ils ont une bonne compétence dans la maîtrise de la langue innue. Cependant, on peut déjà constater une baisse de la compétence dans le vocabulaire parlé en forêt surtout pour ceux qui n'ont jamais eu ou n'ont plus de contact avec le territoire de chasse. On dénote une détérioration générale et graduelle de génération en génération chez les moins de 40 ans.

Selon les études, les effets de la scolarisation dans la langue dominante entraîne une détérioration générale de notre langue au sein des jeunes générations.

Malgré la force actuelle de la langue innue au sein des communautés, certains indices sonnent l'alarme et montrent que le processus de perte de la langue ancestrale est amorcé.

Comme toute langue minoritaire, la langue innue est aussi menacée de disparaître. Cette menace vient du contexte biculturel et bilingue dans lequel les Innus ont vécu et continueront de vivre.

La survie de la langue innue est maintenant devenue le souci de tout un peuple qui concentre ses efforts face au danger croissant de bilinguisme vécu par l'ensemble des communautés.

Aujourd'hui, la langue innue est enseignée dans nos écoles depuis les années soixante-dix.

 

AIMUN ANU UET APATAT


Mots et expressions les plus courants

Eshe Oui
Mauat Non
Kuei Bonjour, salut
Niaut Bonsoir, au revoir
Tshinashkumitin Merci
Kashikat Aujourd'hui
Utakussit Ce soir
Miam Bien, correct
Mamu Ensemble
Tanite
Auen Qui
Tshekuan Quoi
Tshekuen Qui
Napeu Homme
Ishkueu Femme
Napess Garçon
Ishkuess Fille
Auass Enfant
Tan eshpanin? Comment ça va?
Tan eshinikashin? Comment t'appelles-tu?
Tanite uetshin? D'où viens-tu? (originaire d'où?)
Tan etatupuneshin? Quel âge as-tu?
Tshekuan etutamin? Que fais-tu?